Le métier d'aide-soignante
Le métier d'aide-soignante

Découvrez le rôle d'un aide-soignant, les qualités requises et les conditions pour être aide-soignante

Découvrez le métier d'aide-soignante ou aide-soignant

118 votes : 4.4
​​
 
Si vous vous êtes rendu au chevet d’un malade ou avez vous-même dû être hospitalisé, vous avez forcément eu affaire à une ou plusieurs aides-soignantes. Cette professionnelle est au centre d’un service médical avec l’infirmière et travaille en étroite collaboration avec un ensemble de professionnels de la santé. Si les aides-soignantes sont majoritairement des femmes, le métier est accessible aux hommes, lesquels sont de plus en plus nombreux dans la profession.
Qu’elle ou il travaille dans un hôpital public ou un centre de rééducation privée, l’aide-soignant doit avoir une réelle vocation pour son métier. Ses missions sont très variées et dépendront du secteur où il exerce. Obligatoirement diplômé d’un DEAS (Diplôme d’État d’Aide-Soignant), l’aide-soignant pourra évoluer dans sa carrière et avoir accès à de nombreux métiers, par le biais de la formation continue.
​​

C’est quoi le travail d’aide-soignante ?

 
S’il existe une définition générale du métier d’aide-soignante, on pourra adapter les tâches quotidiennes du métier en fonction de l’établissement où exerce l’aide-soignante. Les spécificités peuvent changer si l’aide-soignante travaille dans une maison de retraite, auprès de personnes âgées, ou bien si l’aide-soignante exerce au service des urgences d’un hôpital public.

Parmi les missions courantes de l’aide-soignante, on trouve notamment :
  • Assister l’infirmière dans les soins pour les cas d’urgence, l’aide à la prise des médicaments…
  • Soins corporels aux patients : qu’ils soient en bas âge (maternité), adultes valides, hospitalisés, ou personnes âgées (maisons de retraite), l’aide-soignante doit apporter les soins quotidiens aux personnes immobilisées ou n’ayant pas les capacités de se débrouiller seules (exemple : toilette des personnes, change des bébés, etc.). Elle doit pouvoir déplacer facilement toute personne pour lui apporter les soins d’hygiène indispensables ;
  • Aider les personnes lors de la prise de repas, d’exercices pour maintenir leurs conditions physiques, etc.
aide aux exercices aide soignante

Le métier est répertorié au RNCP 35830 (Registre National des Certifications Professionnelles). La formation reconnue au niveau 4 permet de travailler dans le secteur public ou privé. En intégrant un hôpital public, l’aide-soignante appartiendra alors à la fonction publique hospitalière (FPH) et aura un statut de fonctionnaire, catégorie B. Dans le public, si les salaires des débutants sont peu élevés, ils sont souvent complétés par diverses primes et indemnités.
 
Ce métier qui s’adresse autant aux hommes qu’aux femmes, nécessite l’acquisition de compétences professionnelles essentielles. Les gestes techniques sont aussi importants que l’approche respectueuse de chaque patient. L’aide-soignante travaille fréquemment avec une équipe pluridisciplinaire – infirmières, médecins, urgentistes, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, etc. -, doit avoir un bon esprit d’équipe et le sens de ses responsabilités.
Pour devenir aide-soignante, il faut commencer par réussir son concours d’entrée dans un institut spécialisé (IFAS ou Instituts de Formation d’Aide-Soignant). L’admission se fait sur présentation d’un dossier par le candidat et après validation du jury qui mène un oral d’entrée.
L’aide-soignante qui est reçue dans ce type d’école est alors formée pendant dix à douze mois sur la base d’une formation théorique et de stages pratiques. À l’issue de la formation, elle peut valider son DEAS (Diplôme d’État d’Aide-Soignant).
L’accès à cette formation peut se faire dès l’âge de 17 ans et sans condition de diplôme.
Pour mettre toutes les chances de réussite de son côté et valider du premier coup son entrée dans un IFAS, les places étant limitées, il est important de faire une formation préparatoire soit en école Prépa (formation en présentiel), soit par un centre d’enseignement à distance comme l’EFM Santé Social qui permet à une personne en activité de pouvoir travailler à son rythme pour préparer son admission à l’IFAS de son choix.

​​

Qui peut devenir aide-soignant ?

 
Toute personne qui a la vocation pour ce métier peut tenter la formation pour devenir aide-soignant. Ce métier peut s’apprendre par le biais de la formation initiale, immédiatement après le baccalauréat, mais aussi correspondre à un projet de reconversion professionnelle. Un salarié peut ainsi changer d’orientation professionnelle pour exercer un métier passion en se formant pour le métier. De même, un demandeur d’emploi peut bénéficier de certaines aides en faisant une demande de formation auprès de son conseiller Pôle Emploi.
Pour exercer le métier d’aide-soignante, il faut des qualités personnelles particulières ainsi que de bonnes compétences acquises essentiellement par une solide formation. Cette formation, dispensée par un IFAS (Institut de Formation d’Aide Soignant) dure environ dix mois et va combiner aspect théorique, mais aussi beaucoup de périodes pratiques où l’aide-soignante est placée en situation réelle pour apprendre à maîtriser toutes les techniques pratiques du métier.

aide aux soins par aide soignante
 

Quelles sont les qualités requises ?

 
Les qualités d’une aide-soignante sont notamment :
  • L’écoute de l’autre ;
  • La patience ;
  • La douceur ;
  • Le dynamisme pour faire face aux nombreuses tâches quotidiennes ;
  • L’empathie ;
  • La bonne humeur pour apporter de la joie aux patients qui sont déjà en difficulté (physique ou psychologique) ;
  • Le sens des responsabilités ;
  • Un bon relationnel (nécessaire avec les patients, mais aussi les proches ainsi qu’avec les autres membres de l’équipe médicale) ;
  • Avoir un bon équilibre psychologique ;
  • Savoir se rendre disponible pour répondre aux questions de l’entourage notamment ;
  • Être organisée et méticuleuse ;
  • Être attentive ;
  • Faire preuve de réactivité ;
  • Respecter l’intimité du patient ;
  • Discrétion (secret professionnel) ;
  • Bonne résistance au stress (exemple : le travail dans un service d’urgences peut impliquer un travail sous pression pour aide-soignante.)
  • Bonne résistance physique : l’aide-soignante doit pouvoir manipuler un patient pour la toilette et ne doit pas avoir de fragilité au niveau du dos. Elle doit aussi avoir un bon équilibre de vie pour pouvoir faire face à des horaires parfois décalés pouvant l’amener à travailler de nuit comme de jour, ou encore pendant les week-ends et jours fériés.
  • Respecter les consignes de la hiérarchie : par exemple, pour aider à la prise des médicaments, l’aide-soignante doit toujours respecter le dosage et les consignes de l’infirmière ou du médecin et ne doit pas prendre des initiatives sans en parler d’abord à sa hiérarchie.
 
Nota : l’empathie ne doit pas être confondue avec une trop grande sensibilité, car dans ce métier, il faut arriver à ne pas se laisser déborder par ses émotions et savoir garder le sourire même face à une personne très malade. De même, certains malades peuvent de temps en temps être agressifs et l’aide-soignante doit pouvoir faire face à certaines situations difficiles sans se laisser déstabiliser.
  aide soignante auprès du patient
 

Quelles sont les compétences requises pour le métier d’aide-soignante ?

 
Les compétences principales pour exercer le métier d’aide-soignante sont les suivantes :
  • Accompagnement au quotidien des patients (soins d’hygiène, repas, exercice de rééducation selon les cas et la structure) ;
  • Préparation du matériel de soin pour l’infirmière ou le médecin et administration de certains types de soins (évaluation de la température, prise de la tension, changement des pansements…) ;
  • Capacité à évaluer l’état général et clinique d’un patient ;
  • Information à l’entourage du patient et accompagnement du patient ;
  • Information de suivi auprès des autres professionnels de santé ;
  • capacité à savoir observer les règles d’hygiène et à maintenir l’environnement du patient en état de parfaite propreté ;
  • entretien du matériel de soin (nettoyage, désinfection…) ;
  • capacité à traiter les informations ;
  • Connaissances liées à la santé et les différentes maladies ;
  • Connaissances liées à la chirurgie et à la pharmacie ;
  • Connaissances de l’anatomie et de la physiologie.
 
Ces compétences sont acquises pendant la formation menant au DEAS (Diplôme d’État d’Aide Soignante) et sont stipulées par l’Arrêté du 22 octobre 2005 dont le référentiel de la formation est détaillé en annexe.
Selon l’établissement et le service où elle travaille, des spécificités techniques peuvent être vues au cours d’une formation complémentaire continue. Les besoins des patients vont nécessiter, dans certains cas, des compétences plus pointues (exemple : placement d’un patient dans un caisson hyperbare après un accident de plongée, connaissance des traitements spécifiques comme dans le cas d’un service d’oncologie où l’administration des soins de chimiothérapie ou radiothérapie est spécifique...).

Où exercer le métier d’aide-soignant ?

 
Le métier d’aide-soignant offre de multiples débouchés, car c’est un métier recherché dans diverses structures médicales, publiques ou privées.
Les aides-soignants sont des femmes ou des hommes qui pourront travailler dans des établissements comme :
  • des cliniques privées ;
  • des hôpitaux publics ;
  • des maisons de retraite (EPHAD) et des résidences de services pour personnes âgées ;
  • des services pour le maintien à domicile des personnes âgées.
  • des établissements de rééducation ;
  • des structures d’accueil pour les personnes handicapées (handicap moteur ou psychologique) ;
  • des services d’hospitalisation.
metier aide soignant

Quelles sont les difficultés du métier d’aide-soignant ?

 
Parmi les difficultés du métier, on peut noter les horaires de travail. Ce métier peut exiger souvent une grande disponibilité et, selon les services où exerce l’aide-soignante, elle peut être amenée à travailler de nuit, ainsi que les week-ends et jours fériés, selon les besoins des patients.
Le métier peut être éprouvant moralement du fait de la proximité quotidienne avec la maladie et les décès. L’aide-soignante côtoie aussi fréquemment de près la misère sociale. C’est pourquoi, il est demandé à toute personne qui souhaite s’engager dans cette profession d’avoir un très bon équilibre psychologique.
Dans certains services, comme les urgences d’un hôpital, le travail peut être particulièrement stressant, surtout si l’hôpital est confronté à un manque d’effectifs.

 

​​

Quels sont les atouts du métier d’aide-soignante ?

 
Malgré ces inconvénients, le métier d’aide-soignante offre aussi de très nombreux avantages aux personnes qui ont la vocation pour ce métier.
C’est une profession qui est riche en contacts humains et permet de rencontrer des personnes de tous horizons socioculturels. Devenir aide-soignante, c’est aussi choisir de faire un métier utile et indispensable dans l’aide à autrui.
L’exercice du métier offre une grande diversité des tâches et il n’y a jamais de monotonie, chaque personne ou chaque patient étant très différent. L’aide-soignante peut évoluer dans la profession médicale et, par exemple, se former pour devenir infirmière. Elle peut aussi changer de secteur en se spécialisant (exemple : puériculture, gérontologie, psychiatrie, etc.).
L’aide-soignante est amenée à travailler en collaboration avec d’autres professionnels de la santé et peut avoir de nombreux contacts professionnels dans l’exercice de son métier.
Le métier offre de nombreux débouchés, car l’aide-soignante peut travailler dans des établissements publics ou privés, dans différents secteurs, avec la possibilité d’évoluer, grâce à la formation continue, vers d’autres métiers de la santé (infirmière, auxiliaire de puériculture, etc.).
 
metier aide soignante

Quel est le salaire d’une aide-soignante ?

 
L’aide-soignante débutante perçoit l’équivalent d’un SMIC. Avec l’expérience, son salaire peut atteindre 2 400 euros bruts mensuels au bout de quelques années. À ceci peuvent s’ajouter des primes et des indemnités, en particulier pour tous les métiers exercés dans le secteur public. Selon son grade et son expérience professionnelle, une aide-soignante ou un aide-soignant pourra prétendre à un salaire brut aux alentours de 2 700€ en tant que fonctionnaire.
 
​​

Quelles sont les évolutions possibles après le DEAS ?

 
Après l’obtention de son Diplôme d’État d’Aide-Soignante (DEAS), son expérience professionnelle acquise, l’aide-soignante peut continuer aussi à se former et évoluer vers certaines spécialisations ou changer de voie.
 
L’aide-soignante peut évoluer dans le secteur de la santé ou de l’aide à la personne, soit en continuant à se former tout en exerçant son métier, soit en passant des équivalences et en profitant des passerelles entre certains métiers qui lui éviteront de suivre un cursus d’enseignement long et fastidieux si elle possède déjà certaines connaissances.
 

Par la formation continue

Elle peut suivre des formations complémentaires afin de se spécialiser dans son métier. En complétant ses connaissances techniques, elle pourra acquérir une expertise en hémodialyse, en gérontologie, apprendre toutes les règles de la stérilisation…
 

Par les passerelles

À titre d’exemple, une aide-soignante peut profiter des passerelles pour devenir auxiliaire de puériculture et obtenir son DEAP (Diplôme d’État d’Auxiliaire de Puériculture). Elle aura alors un programme de formation adapté à sa situation et n’aura pas besoin de suivre le cursus complet puisqu’elle a déjà certaines connaissances techniques en commun avec l’auxiliaire de puériculture.
C’est également le cas pour une aide-soignante souhaitant se former pour devenir aide médico-psychologique.
 

Par les équivalences

Une aide-soignante peut se voir confier de plus en plus de responsabilités avec l’expérience du métier. Elle peut avoir l’opportunité de travailler avec des infirmiers et d’avoir accès aux bases de ce métier. Malgré tout, pour exercer le métier d’infirmière, jusqu'en 2023, il lui fallait passer un examen pour pouvoir entrer en IFSI (Institut de Formation en Soins Infirmiers) après trois ans d’expérience et obtenir son diplôme d’État d’infirmière. À partir de 2024, les aides-soignantes avec 3 ans d'ancienneté pourront participer à un "parcours spécifique" de 3 mois à valider pour remplacer la première année d'études d'infirmier. Elles pourront ainsi obtenir leur DEI en seulement 2 ans.
 

Une aide-soignante qui a la vocation pour son métier et la motivation pour évoluer vers le métier d’infirmière aura toutes les chances de réussir.
 
 
Inversement, certains professionnels d’autres métiers du secteur médical souhaitant devenir aide-soignante pourront aussi bénéficier d’allègements de cours grâce à certaines équivalences de compétences. C’est le cas notamment : des ambulanciers, des auxiliaires de puériculture, des assistantes de vie aux familles, des titulaires de certains baccalauréats pro (exemple : SAPAT, ASSP…), des aides médico-psychologiques, etc. Les personnes qui ont déjà une expérience du métier ou qui ont exercé l’un des métiers précités peuvent également faire valider leurs acquis professionnels par la V.A.E. (Validation des Acquis de l’Expérience).

mission aide soignante
 

Reconversion professionnelle pour devenir aide-soignant

 
L’aide-soignante peut de plus avoir accès à d’autres professions après quelques années d’expérience professionnelle dans son métier. Avec la reconversion professionnelle, il est aujourd’hui possible de se former tout au long de sa vie et ce, quels que soient l’âge et le niveau d’études.
Par exemple, l’aide-soignante pourra choisir de s’orienter vers des métiers du secteur social, médical et paramédical (exemple : assistante dentaire, aide médico-psychologique, moniteur-éducateur, laborantine, etc.).
 
Même en parallèle de son métier, l’aide-soignante pourra reprendre des études pour évoluer vers une autre carrière et opérer une reconversion professionnelle. Grâce à la formation à distance, il est toujours possible de concilier vie professionnelle et évolution de carrière.
 
 
Toute personne souhaitant exercer le métier d’aide-soignant devra d’abord valider son DEAS (Diplôme d’État d’Aide Soignant). Pour ce faire, l’entrée en IFAS est déterminante. Pour réussir son admission sur présentation d’un dossier de candidature et la réussite de l’oral avec le jury, il est important de bien se préparer en amont par une solide formation. En effet, les places sont limitées et, du fait d’un engouement réel pour ce métier, il y a souvent plus de candidats que de places disponibles. Il faut donc soigner sa préparation pour réussir l’entrée en IFAS grâce aux solutions de formation qui sont proposées comme les cours d’enseignement à distance d’EFM Santé & Social.
 
Retour haut de page